Histoire

Ancien phare médiéval devenu église catholique romaine

Un monument historique

Le Clocher et son église

l’Eglise et le clocher de Collioure est une synthèse presque parfaite de plus de 800 ans d’histoire de la ville du XIIIème siècle à aujourd’hui, du royaume d’Aragon de Jacques le Conquérant, des rois de Majorque, ses successeurs à la construction de l’église et du clocher sous le règne de Louis XIV et de son dôme sous Napoléon 1er.

Le Clocher

Un fanal puis une tour de défense et enfin un clocher d’église,  c’est tout cela qu’a été ce qui est définitivement devenu le clocher de l’église en 1693. Sa hauteur est de 30 mètres.

Probablement un simple fanal depuis que l’anse de Collioure, rare port naturel en Méditerranée  a servi d’abris et de cité de commerce dès l’Antiquité. Au Moyen Âge le fanal devient défense du port en deux étapes : celle du XIIIème  siècle d’abord sur une hauteur en schistes de 7 mètres percées d’archères, ensuite à partir du XIVème siècle sous les rois de Majorque puis à nouveau sous les règnes aragonais une nouvelle élévation de galets de 10 mètres apparaît, percées cette fois-ci, de bouches à feux. Le clocher devient témoin de l’évolution des armes au cours des âges. A la fin du XVIIème siècle, Vauban en désignant l’emplacement actuel de l’église Vauban permet la transformation de la tour de défense initiale en clocher d’église en 1693. Le dôme ne sera posé qu’en 1810. Ainsi le clocher aura participé aux deux sièges de l’histoire de Collioure : celui de 1343 entre les familles rivales de Majorque et d’Aragon et en 1643 sous Louis XIII, par le Maréchal de Turenne préfigurant l’annexion définitive de la province espagnole du Roussillon à la France au Traité des Pyrénées de 1659.

L’Eglise Notre Dame des Anges

C’est un long processus d’hésitation et de décisions militaires qui a amené la construction de l’Eglise là où elle se trouve actuellement.

En ordonnant les nouvelles défenses de la ville en 1672, Vauban précipite la destruction de l’ancienne église et autorise finalement en 1679 sa construction sur son emplacement actuel, à l’extrémité de la cité sur des rochers battus par la mer…

L’église Notre Dame des Anges a été construite de 1684 à 1690 par le maître maçon Pierre Alaou, également maître d’œuvre d’autres églises en Roussillon dont celle d’Ille sur Têt. En 1693 la construction du conjurador permet la jonction de l’église à la tour de défense devenue clocher. C’est un édifice typique des églises du Roussillon issues de la Contre-Réforme sur le modèle des églises gothiques méridionales. Elle est constituée d’une nef unique et de quatre chapelles latérales. Le chevet généralement plat pour est cette fois-ci semi-circulaire pour recevoir le retable baroque de maître Joseph Sunyer en 1702 et qui a aussi signé deux autres retables de l’église et d’autres remarquables en Roussillon  comme ceux de Prades ou de Font-Romeu Le voûtement quadripartite sur croisées d’ogives date seulement de 1886, la nef étant à l’origine de la construction composée d’une charpente sur diaphragme en plein-cintre. Les ouvertures supérieures alternées entre les contreforts extérieurs et au-dessus des chapelles sont des fenêtres de plein-cintre et des oculi.

Mur Est

L’élévation extérieure faite entièrement de schiste et jointe au mortier de chaux (comme dans tous les édifices roussillonnais) présente des particularités qui ajoutent au caractère exceptionnel de l’église. Elle reste un site de défense. Les mâchicoulis situés au pied des contreforts, une historisation médiévale sur un édifice de la fin du XVIIème siècle, lui confèrent une vision plus esthétique que défensive. C’est ainsi que longtemps l’armée a participé aux travaux de renforcement et de restauration de l’ensemble. On n’oublie pas une construction située en bout de nef, côté ville et à mi-hauteur du clocher : la salle consulaire avec croisées d’ogive à l’intérieur bâtie au moment de la construction de l’église, édifice public, accueillant le bailli et les trois consuls de la ville. Le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel réunis en un seul lieu font de ce monument un autre aspect unique dans l’histoire des constructions  religieuses…et civiles !

Appel au don

Devenez adhérent

et participez à la rénovation

Afin d’assurer la pérennité de l’Eglise et du clocher de Collioure, d’importants travaux de rénovation et de réhabilitation seront entrepris en 2018 et poursuivis durant quelques années compte tenu de l’importance des travaux à réaliser.

Menu